Pause

Une enveloppe mystérieuse

percée mordorée

libère des chairs rutilantes

Un ouragan final gifle les oiseaux

Des pêcheurs maniaques déchirent leurs filets

Leurs cabines malaxées d’une pluie diluvienne

Charognard d’allégresse

tu carnassier manges ma tristesse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s