Vestibule

L’orée d’une bouche enserre les flots de parole. Ils, les mots, restent. Les yeux sont fous d’impuissance, les mains liées au sommet de leur courbe, les bras, pendants, errent. L’entrée est cachée, ne se fait pas. Les mots vivent à l’orée de la tombe. Une porte, s’est refermée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s