Une douleur

Une douleur a laissé son empreinte en moi. Elle dort, ses griffes repliées sous son ventre, dents retirées, bouche fermée, ma peau rythme au son de son souffle.

Son empreinte, je l’appelle souffrance que je supporte.

A juste distance, mes mots cliniques détaillent sa façon, mes mots techniques. Lorsque je parle d’elle, elle ronronne, satisfaite, son rôle bien rempli. Son point d’application reste une zone vive, mon bras me tire quand je suis fatigué, bruit de lame dans la chair, cartilage traversé, rythme de cauchemar.

La douleur m’a visité dans un trouble électrique. Elle m’a laissé un « j’ai souffert » comme l’orgasme un « c’était bon ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s