Marrane

L’arrestation de son frère l’a crucifiée.

L’autel de marbre rôti affole sa chair, écarte l’oubli des prières refusées.

Elle arrache sa bague, du sable colle au sang.

La bague crisse.

La porte claque, la prison ferme.

Elle se coupe une seconde fois.

Une larme sur un rayon roule au bout de la terre, lumière ahurie venue le déranger.

La larme coule sur l’orgueil hydrofuge.

Renvoyée, elle se fond dans la mer.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s