L’ère du temps

La vague s’annonçait, tapie. Et nous visitions. L’ensemble s’équilibrait, dans un silence, dans une vie. Et nous festoyions. L’inconnu se préparait, frappant fort, déchirant d’avance. Et nous allions. C’était l’ère de traversée, l’ère d’insouciance. L’ère du temps qui ne revient pas.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s