Alexandra

La fin d’une nuit sous un soleil de marbre vert gèle ta plastique dure.

D’un souffle régulier tu volettes tes envies à juste distance, tes yeux mirent l’ombre de désir expulsé. Tes dents brillent de retenue, tes rides autour de la bouche refusent le contact.

Jamais une fleur ne te cueille.

Tu ris de ta gorge un plaisir par saccades, tu cajoles une danse d’absence qui te rend incolore.

Parfois, un tressaillement, tes yeux s’éclairent intérieurs.

Comprimée de ton corps, tu te réserves.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s