Anharmonie

Parler ne rythme pas ton corps tendu de refus.

Tes mots se déposent, mouchetés, sur des mots qui traînent.

Parler glisse des traces de vie sur l’absence de vie.

Tes mots roulent de la gorge vers les dents, provoquent tes lèvres. Ils attisent ton absence, se laissent monter comme des chevaux serviles, ils posent escargots leurs baves de paroles, assoupissent ton corps triste d’anenvie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s