Le boulevard

Les vieux tassés

la peau usée

attendent

En eux des fleurs

des bijoux

des extases

Perdus sur une chaise

aplatis de chaleur

tête dégagée

les yeux encroûtés

Ils parlent peu

Les mains enrobées de djellabas plissées

brisures de désert incrustées au visage

leurs abris sont couleur

de l’autre côté

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s