Après la bouche

L’air repu qui répond à l’oral

A le sombre plaisir d’une tristesse édifiée

Tu craches et rejettes sa vérité

Bancale

Hérite-moi lors du trépas

descends les degrés successifs

Jalons du parcours lascif

de l’orifice qui étreint

Silo cloisonné et têtu

Ton corps repu qui festoie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s