Obscurités (II)

L’obscurité.

L’obscurité que je défie m’expose. Celle d’une chambre fermée est plus tranquille.

Dans le noir tu enlèves une partie artificielle de ton corps. Je ne vois pas l’absence. Je ne vois rien de ton sourire quand tu glisses sous les draps. Je ne crains rien à parader nu devant toi imaginant que tu regardes.

Dans l’obscurité de la chambre noire, être nu ne dit pas être vu. Être nu ne me livre pas.

Demain, je ressortirai dans l’obscurité, faire des choses que je ne partage pas.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s