Carmine

Carmine est pure diseuse

Ses mots brisent des clamps rouillés

S’évadent de pièges engluants se libèrent d’ardeurs grinceuses

Carmine disperse les insomnies

Ses phrases géantes étouffent les ombres

Ses mots sont rondins, balles féroces, chaudes brassées, soulèvent le vent

Sa voix à grande vitesse, rotative et cinglante, concasse et expulse les fragments d’une roche rare et jaune

Carmine est sérénissime

Ses cheveux sont flagrants, filaments d’étoffe comestible

Ses pupilles, parois fragmentées d’un miroir naturel, contrent le soleil

Durs ou aimants, les pieds massés de parcours chaotiques, ses mots libèrent une intègre pitié

Pleine d’azur, d’outrances marines

Sur un arbre tordu, couchée elle expose le salut élégant, l’art de l’esquive ou celui du couperet

La dureté de la marche, de l’effort inlassable

L’ardeur de la nage, l’ange de la noyade

Ou la joie de l’envol, l’extase de la chute

Carmine est pure diseuse

Maîtresse sans pareille sous mon ciel lunaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s