Le sonnet de la viande

Table à découper couverte d’écorchures

l’étal de boucher dégouline de sang

ses ouvrages à venir pleines de bavures

disposées sur la table: la chair est dans le rang

Elle t’invite à confronter tes mains à l’atome

à piquer une pointe en son sein monochrome

d’une lame percer l’aponévrose et la chair

ouïr le sang qui dégoutte et va nourrir la terre

Viens, ose, mange et repais-toi

de cette chair à la force du sang jusqu’aux abats

Écarte les mâchoires aère les mandibules

accueille la rouge mâche en ton vestibule

Quand tu jouis de la langue et des dents tu ris

aux parcours terminaux de la chair attendrie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s