Anthropique entropie

(Sur une chorégraphie d’Hofesh Schechter)

L’anthropique entropie naît de la gesticulation. Des allers, des retours et des agitations. L’anthropique entropie secoue gémit et tord

Quand soudain…

Les mains agités, les pieds excités, les mains qui secouent et se touchent

Quand soudain… qui se tuent

Les corps endiablés qui s’affolent ne trouvent pas d’issue

Quand soudain une mort, une fatalité

Le diable est dans la danse, dans les corps exultants qui s’agitent en décontraction apparente. En petit pas religieux, petits cercles des bras qui s’agitent vers dieu, déhanchés fastidieux qui soudain s’accélèrent et repaissent d’envie les présents, les voyeurs, les acteurs, les croyants.

Le diable est en fusion de la force maligne et humaine, en exaltation de la violence chaude qui s’empare de l’être et le troue.

Quand soudain…

L’anthropique entropie fait la rage et la vitalité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s