Le Château, les aînés

F. a fait quelques pas dans le couloir. Les sons des chambres musicales se sont estompés, restent à peine un courant d’air sifflé qui lui chatouille les oreilles, et le nargue.

Il a fait quelques pas irréfléchis suivant le cours de sa destinée, s’apprêtant à rencontrer les proches, les futurs, l’entourage. F. imagine ceux qui pourraient être, ceux qui ne sont pas, ceux qu’ils rencontrera. Tous au bout de ce couloir qui lui semble si infini. D’une grise lenteur, il progresse, d’une triste paresse, il ne voit plus rien en fin de couloir, il ne voit plus rien au bout. Le couloir est tortueux, malhabile, inhospitalier. Et F. se traine. Hésite. Atermoie. Refuse. La vie à venir semble morne, banale, déjà vue, déjà vécue. Rien d’original dans la fratrie qui l’attend, dans la parentèle qui l’accueillera au bout du couloir. Rien. Du. Tout. D’original. Martèle en capitales son cerveau mal préparé à la trivialité tribale.

Là-bas, au bout, sans répit, sa vie l’attend.

Une lumière qu’il ignorait jusque là soudain l’aveugle : il a le choix. Suivre, voilà l’évidence, mais il n’y tient pas. Et il n’y est pas tenu. Il peut changer le cours de la vie. Être aîné. L’impossible enfin réalisable. Il suffit de franchir la rivière des âges, d’épouser le flot du temps. De remonter son courant, franchir quelques obstacles. Il suffit d’être là, d’être avant. D’avoir été, plus tôt. Il suffit d’une inversion des temps, des jours, des heures et des minutes, que les nombres des années deviennent négatifs. Alors, être aîné devient être soi. Une possibilité. Une ouverture sur un monde autre. Un retour au passé qui l’efface. La pente néfaste du couloir sous les pieds de F. le forçait sur un chemin, sur une direction, dans un sens. Il suivait la ligne la plus forte, l’évidence, la tranquillité. La platitude. Mais la lumière fut, et il vit la possibilité d’être aîné.

La possibilité d’être aimé ? lui susurre son petit inconscient déjà indocile.

F. ne l’entend pas, tout à la joie de revenir prendre place dans l’ancestralité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s